top of page

Qui est Patanjali, connu pour avoir codifié les Yoga sutra ?


Si vous pratiquez l’Ashtanga Yoga, vous avez sûrement entendu prononcé le nom de Patañjali, chanté lors du mantra d’ouverture.


Vous le connaissez peut être comme l’auteur des Yoga sūtra , ces aphorismes philosophiques et pratiques qui fondent l’Ashtanga vinyasa yoga (et d’autres écoles de yoga) et dont on fait référence en cours de yoga.


En fait, on ne sait pas trop s’il a existé et quand il a existé.

L’écriture des Yoga sūtra s’étirerait sur une période entre le 2e siècle avant notre ère et le 5e siècle apres JC. Autant dire, un peu plus que la durée d'une vie!


Patanjali et les légendes indiennes

Qu’à cela ne tienne, Patañjali dont le nom issu de la racine verbale PAT- « tomber » et du mot ajali (« mains en coupe ») revet un certain mystère, fait aussi l’objet de plusieurs légendes indiennes.


Selon l’une de ces légendes, Gonika était une sage dévouée qui n’avait pas d’enfant à qui transmettre sa connaissance. Elle priait le dieu soleil Surya de lui donner un fils. Alors qu’elle fermait les yeux pour méditer, de l’eau dans ses mains en coupe en signe d’offrande (ajali mudrā), un petit serpent tomba du ciel au creux de ses mains. Lorsqu’elle rouvrit les yeux, le serpent transformé en homme lui demanda de le prendre pour fils. Heureuse de voir son voeu exaucé, elle le nomma Patañjali« tombé dans sa main ».


Patañjali serait ainsi tombé du ciel pour transmettre la connaissance du yoga. Il est représenté avec le buste d’un homme et la queue du serpent éternel Ananta (aussi appelé Adishesha).


 

Que signifie le mantra d'ouverture en hommage à Patanjali?


Le mantra d’ouverture est donc un hommage à Patañjali, celui qui nous transmet, par l’intermédiaire de nos maitres, gurus ou plus simplement nos enseignants, la connaissance du yoga.


Les attributs de Patañjali, représenté sous forme mi-humaine, mi-serpent sont détaillés mais aussi ses enseignements des Yoga sūtra.


Voici une traduction du mantra proposée par Colette Poggi, une des plus grandes expertes en Sanskrit :


« Je rends hommage aux lotus que sont les pieds des maîtres, qui éveillent à la joie de la révélation du Soi, bonheur suprême, conjurant l’effet du poison [de l’illusion], afin que cesse l’égarement [provoqué par] le poison de la transmigration (saṃsāra). Devant Celui qui, ayant forme humaine à partir des bras, qui porte le glaive, la roue et la conque, à mille têtes, de couleur blanche, devant lui, Patañjali, je m’incline avec respect. »


Il y a beaucoup de termes à expliquer et détailler. Je vous propose donc ma lecture du mantra, et ma compréhension du Yoga comme moyen de libération de notre condition humaine, en lien avec les Yoga sūtra.


Nous vivons dans l’ignorance de notre propre nature, conditionné par nos pensées, le passé, des idées reçues, des conventions culturelles, notre égo etc. Le yoga est un chemin de connaissance pour pratiquer le discernement et se détacher de ces agitations du mental qui sont source de souffrance, se détacher de l’égo et aller vers sa véritable essence, le soi (atman).


Pourquoi chanter le mantra d'ouverture?


Dans la pratique traditionnelle de l’Ashtanga Yoga, telle que me l’a transmise mon enseignante Caroline Boulinguez, la première à diffuser l’Ashtanga en France et qui a elle même reçu l’enseignement de Pattabhi Jois, nous commencons notre pratique par le mantra d’ouverture et nous la terminons par le mantra de fin ou alors simplement le Om Shanti Shanti Shanti (paix).


Il n’est pas toujours facile de savoir quel sens donner à ces mantras, qui s’apprennent oralement et se répètent de manière parfois automatique.


J’ai appris ce mantra avec sa voix, au départ sans grande conviction, puis y trouvant un véritable plaisir à comprendre le sens, et retranscrire au mieux les intonations de cette langue Sanskrit, une de premières langues de l’humanité.


Retenons peut être que chanter ces mantras est une manière de remercier pour l’enseignement du yoga et ses bienfaits.


 

Et bien chantez maintenant!


Si certains mots ou concepts restent abstraits, apprécions peut être au delà des mots eux mêmes, les sons des mots. Les sonorités de la langue sanskrite ont une forte puissance vibratoire aux multiples bienfaits (comme je l’ai aussi écrit dans l’article sur chanter le OM).


Et si vous vous prêtez au jeu des mantras, vous apprécierez sûrement comme moi la joie de chanter ensemble et d’inscrire votre pratique dans un chant collectif, qui dépasse votre propre individualité.


Pour vous entrainer c’est ici :


Au delà de Patañjali, je rends hommage à mes enseignants


Je profite de cet article pour remercier mes enseignants dans ma pratique posturale, philosophique et méditative qui continuent à me former.

Et mes élèves qui me font avancer sur la voie du yoga

50 vues
bottom of page